Budget 2019 lettre ouverte au Maire

 La Rochelle le 6 décembre 2018 

Monsieur le Maire, 

L’ordre du jour du prochain Conseil municipal du 17 décembre prévoit le traditionnel Débat d’Orientation Budgétaire pour l’année 2019. Cette année, cette discussion financière s’inscrira dans un contexte de crise sociale particulièrement grave

Les origines de ce mal-être social sont multiples, mais ce qui est d’abord et avant tout dénoncé par beaucoup de nos concitoyens est l’érosion généralisée du pouvoir d’achat et le sentiment de déclassement en raison de la faiblesse de nombreux salaires, mais aussi à cause de l’importance des impôts, prélèvements et dépenses contraintes qui pèsent sur le quotidien. Ces factures sont celles de l’Etat – dont la lourdeur a été accentuée par la politique du Président Macron que vous avez soutenu -, mais aussi celles des collectivités territoriales et notamment des Communes. 

Le budget rochelais que vous vous apprêtez à présenter en Conseil municipal en décembre, et à faire voter par votre Majorité en début d’année prochaine, ne peut ignorer ce contexte de grande difficulté pour beaucoup de Rochelais, des catégories populaires mais aussi des classes moyennes. Il ne peut pas être « un budget hors-sol » ignorant la souffrance exprimée dans la rue depuis plusieurs semaines. 

La prochaine élection municipale sera bien entendu l’occasion d’un vaste débat sur les finances, la fiscalité et la politique budgétaire de notre Ville mais, en attendant, nous estimons qu’il y a urgence à agir pour que le budget 2019 soit un budget à forte connotation sociale ayant pour objectif premier la baisse de toutes les factures municipales qui pèsent sur les Rochelais. 

Et la liste de ces factures est longue : fiscalité locale dont le niveau est très élevé (Taxe d’Habitation et Taxe Foncière), tarification de la restauration scolaire, de la garderie périscolaire, de l’eau, du stationnement… sans oublier le plan de circulation que vous avez imposé, sans concertation, qui a eu pour conséquence l’allongement des trajets du quotidien de nombreux Rochelais et donc l’augmentation des dépenses de carburant pour beaucoup de ménages. Pour que de telles baisses des factures municipales soient possibles pour 2019, il vous faut impérativement baisser certaines dépenses de fonctionnement, voire opérer un gel ou une révision à la baisse de certaines dépenses d’investissement prévues. Sur tous ces sujets, notre discours est aujourd’hui en parfaite cohérence et continuité avec ce que nous ne cessons de dire depuis plus de quatre ans en Conseil municipal. 

Il n’y a pas obligation, Monsieur le Maire, à présenter une orientation budgétaire dès le mois de décembre. Vous pouvez très bien retarder d’un mois ou deux ce débat puis ce vote afin de prendre le temps de la réflexion pour modifier, dans le contexte actuel, votre trajectoire budgétaire et présenter, en janvier ou février, un budget dont la préoccupation première sera de faciliter le quotidien des Rochelais en leur redonnant un peu de pouvoir 

d’achat supplémentaire. Car l’urgence, Monsieur le Maire, est de répondre aux appels de ceux qui manifestent leur détresse. Et ils sont nombreux dans notre Ville à connaitre de grandes difficultés. 

Vous avez, Monsieur le Maire, le devoir et même l’obligation d’ajuster votre politique budgétaire municipale à la réalité sociale du moment. Si vous estimez qu’une réunion de travail réunissant, sous votre autorité, l’adjoint aux Finances, la Directrice Générale des services, le directeur des services financiers et les Présidents des groupes d’opposition peut être utile pour aboutir à un « budget d’union municipale » pour répondre à cette urgence sociale, notre groupe sera bien entendu prêt à honorer cette invitation pour servir au mieux les Rochelais. 

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de recevoir, Monsieur le Maire, l’expression de mes sentiments les plus respectueux. 

Bruno LEAL 

Pour le groupe municipal « Union de la Droite et du Centre ». 

Comment circuler autour du nouveau Conservatoire ?

un manque d’information flagrant

Le Conservatoire de Musique et de Danse qui est actuellement au centre Ville de la Rochelle  va être installé sur la friche de l’ilot Joffre au carrefour du canal de Rompsay, de l’avenue Joffre axe essentiel de la rocade de boulevards qui ceinturent la Ville, du Pont Jean Moulin et des rues qui mènent à l’hôpital.

Nous avons dénoncé le choix de ce site, car il s’agit d’un carrefour stratégique à six branches à l’entrée sud de la Rochelle et qu’il se prête mal à l’ implantation d’un équipement destiné au public et aux  jeunes en particulier. 

Plusieurs réunions publiques de concertation ont eu lieu pour présenter le projet, mais sans jamais indiquer  quel serait le plan de circulation, aussi bien pour permettre aux piétons d’accéder au site que pour les vélos, les bus et encore moins les voitures.

 De quelle drôle de concertation s’agit il quand l’information essentielle n’est pas donnée ?

Est ce encore un plan anti-voitures  sous prétexte de Ville apaisée !

Un bilan à mi-mandat globalement négatif !

Un bilan à mi-mandat globalement négatif !

Avril 2017 Voici venu le temps de dresser un premier bilan de l’action municipale. Uniquement guidé par les intérêts des Rochelais, notre groupe n’est pas dans une posture de critique systématique et le démontre régulièrement,mais sur plusieurs dossiers notre opposition est vive.

Notre premier reproche concerne la politique budgétaire, clé de voûte de toute action municipale. Nous déplorons l’incapacité du Maire à faire des arbitrageset réduire ou réorienterles dépenses de fonctionnement de la Ville. D’où l’obligation de trouver davantage de recettes par la vente de biens municipaux, le maintien de taux exorbitants d’impôts locaux, l’augmentation idéologiquede la taxe d’habitation des résidences secondaires et celle du prix de la cantine pour beaucoup d’enfants. Des décisions que nous avons critiquées.

Autre reproche : la fermeture permanente brutale du Vieux-Port. Cette décision majeure – qui impacte fortement le Centre-Ville, également pénalisé par le départ annoncé du Conservatoire et les nouveaux tarifs de stationnement – aurait dû être menée dans la concertation et seulement après l’organisation d’un autre plan de circulation, de nouvelles aires de stationnement, et de transports en commun plus adaptés. Ce ne fut pas le cas.

Déficit de concertation également et brutalité des décisions en ce qui concerne plusieurs opérations d’urbanisme. Densifier notre Ville est une obligation, notamment pour permettre aux classes moyennes de se loger, mais ces nouvelles constructions doivent respecter les riverains et l’identité paysagère des quartiers. Or, de nombreux Rochelais sont légitimement inquiets, notamment à Beauregard ou près de la Gare où le parc Alsace est en outre menacé.

Et d’autres critiques pourraient être exprimées : le problème récurrentde l’insuffisante propreté du Centre-Ville, la circulation de plus en plus difficile,l’inefficace réforme du temps de travail de nos agents, un projet confus de réorganisation de servicescommuns avec la CDA. Sans parler du déficit de communication dont souffrent les élus d’Opposition, trop souvent informés de projets municipaux… par la presse !

Budget 2018 : les raisons de notre opposition !

 Budget 2018 : les raisons de notre opposition ! 

Le 29 janvier, le Conseil municipal a adopté le budget de la Ville pour 2018. Notre groupe s’y est opposé, estimant que ce budget est incapable de maitriser les dépenses de fonctionnement. Or, cet enjeu est capital en raison de son niveau déjà très élevé, mais aussi à cause des nombreuses incertitudes qui pèsent sur le devenir d’une partie importante des recettes municipales (dotations de l’Etat et produit de la Taxe d’Habitation). 

Pour réussir à diminuer les dépenses de fonctionnement, il faut réduire les frais de personnel car les salaires des agents représentent désormais 66 % de ces dépenses. Un taux bien trop élevé qui résulte pour une part de la progression normale des carrières, mais qui a été largement aggravé par les embauches réalisées par l’actuelle Majorité et par une très mauvaise, et couteuse, réforme du temps de travail des agents. 

Notre groupe considère qu’il est impératif d’inverser cette pente ascendante car, si rien n’est fait, ce poste représentera 70 % des dépenses de fonctionnement à la fin du mandat ; ce qui aurait pour conséquence de réduite la capacité d’investissement de la Ville sauf à augmenter les impôts – déjà trop élevés – ou la dette. 

Pour cela deux pistes doivent être suivies. D’abord, repenser et réorganiser avec efficacité le travail des agents pour dégager de réelles économies de fonctionnement en contrepartie de la prime qui leur a été accordée pour qu’ils effectuent la durée légale du temps de travail. Ensuite, profiter des nombreux départs à la retraite durant les prochaines années pour réduire les effectifs. Cela nécessite une restructuration des services mais surtout une réflexion, en amont, sur les périmètres de l’action municipale devant conduire, à notre avis, à externaliser certaines missions. 

Autant de décisions qui exigent une totale cohérence au sein de la Majorité municipale et, surtout, un grand courage politique ! 

B. LEAL ; V. LAFFARGUE ; J.-M. MAUVILLY ; F. MICHEL 

Le projet de la Gare : des coûts qui s’envolent

Plus de 30 millions d’euros !

Voici la dernière estimation toujours à la hausse  pour ce projet qui prévoit un nouveau parvis, une passerelle piétons pour passer au-dessus des voies et rejoindre le nouveau parking côté sud avec une gare routière.

Et ce coût exorbitant à la charge du contribuable n’inclut pas les rampes d’accès en pente douce aux quais, attendues depuis 20 ans, et qui sont les seules vraies priorités pour les voyageurs rochelais et nos visiteurs.

N’est il pas encore temps de revoir la copie à la baisse en se concentrant sur l’essentiel ?

Une Ville sale:témoignage d’un commerçant ulcéré

Monsieur le Chef de service Gestion des déchets à La Rochelle,
Pas un jour sans que devant mon magasin rue St Nicolas, je ne retrouve un amoncellement de sacs poubelles, ce matin une quinzaine de sacs noirs pleins, de part et d’autres, j’en ai fait retirer quelques uns par des voisins, il en demeure encore une douzaine. La plaisanterie a maintenant assez duré, soit vos services mettent en place une veille, soit sur un coup de colère ( celle-ci est rarement bonne conseillère!) je charge les sacs dans ma voiture et les dépose  devant vos services à Périgny. Vous demandez ( les élus, vous vous mettez en application) un effort aux riverains et aux commerçants c’est donc un service réduit pour un coût qui ne l’est pas soit! Je ne suis pas contre le changement   pourquoi pas, mais rien n’est anticipé, la campagne d’information papier est désastreuse, j’espère qu’elle n’a pas coûté trop cher, en effet il est indiqué qu’il faut sortir ces poubelles mardi, jeudi, samedi, dimanche ( Non!!!Les camions passant vers 4h du matin, il faut les sortir la veille au soir!!!!!!!), ça n’est pas d’une logique implacable, il fallait indiquer le soir de sortie des poubelles et pas le passage des camions!!!!!!!Heureusement que nous ne gérons pas nos établissements de cette manière car nous les aurions fermé depuis longtemps.
Certes il y a l’indiscipline des citoyens; commerçants compris mais qui paye un service via ses impôt? Et quand celui-ci n’est plus rendu, la colère monte.
Je n’ai pas évoqué les containers qui sont soit-disant dotés de capteur, mais ils sont constamment pleins….
 Je vous serais reconnaissant de bien vouloir me contacter afin que l’on puisse avoir à ce sujet une explication cordiale mais notre patience a assez duré.
Je vous prie de croire, Monsieur, en l’expression de mes sentiments les meilleurs.
PS: Remarque ce matin d’un touriste en promenade  » vous poubelles sont en grève?? » ce qui a en partie motivé mon mail. J’ajouterai que la ville n’a jamais été aussi sale..
Ce désastre est le reflet de trois choses:
une mauvaise décision initiale,
pas de coordination Ville/Cda,
pas d’autorité en Ville pour rectifier le tir.

Un mauvais budget municipal pour 2017 !

Un mauvais budget pour 2017 !

Le 30 janvier dernier, la Majorité a voté le budget de la Ville pour l’année  2017. Notre groupe s’y est opposé, car nous considérons que la politique budgétaire du Maire est inefficace. Un vote négatif pour plusieurs raisons.

D’abord à cause de l’augmentation de la fiscalité. Certes, nos recettes ont bénéficié de l’accroissement de l’assiette fiscale et de la revalorisation annuelle des valeurs locatives décidée par la Loi de finances, mais notre groupe conteste la majoration de 20 % de la Taxe d’Habitation des résidences secondaires décrétée par la Majorité en partie pour accroître les rentrées d’argent mais surtout pour des raisons idéologiques.

Compte-tenu de l’importance du tourisme et du secteur du bâtiment pour notre économie, c’est un mauvais signe donné aux investisseurs. D’autant que cette augmentation d’une fiscalité déjà trop lourde va à l’encontre des engagements électoraux du Maire.

Ensuite en raison de l’incapacité du Maire à maitriser les dépenses de fonctionnement de notre Ville. Dans un contexte difficile, la seule façon de dégager des marges de manœuvre consiste à réorganiser en profondeur les services pour accroitre l’efficacité et réduire ainsi les dépenses de personnel qui représentent 66 % du budget de fonctionnement. Or, probablement à cause des incohérences de sa Majorité, le Maire continue d’alourdir ce poste budgétaire par des recrutements et en raison d’une très mauvaise et coûteuse réforme du temps de travail de nos agents.

Compte-tenu de cette impasse budgétaire, la Majorité est dans l’obligation de vendre une partie du patrimoine municipal pour financer ses investissements. Notre groupe n’est pas opposé à la cession de bâtiments devenus inutiles et dont l’entretien est couteux. En revanche, nous considérons que toute vente doit être mûrement réfléchie et nous regrettons que notre capacité d’investissement soit désormais dépendante du bon vouloir des acquéreurs et des aléas du marché…

un Directeur Unique pour la Ville et la CDA: Une fausse bonne idée

Un Directeur unique pour la CdA et la Ville: Une fausse bonne idée pour la Rochelle, une mauvaise idée pour les autres communes.

Pourquoi ?

Les deux Collectivités ont besoin chacune d’une Direction à part entière d’une part parce que les enjeux sont considérables pour chacune, mais aussi parce que la nature des dossiers à traiter est complètement différente.

Des enjeux énormes :Pour la CDA se donner les moyens de réellement développer le territoire au plan économique, c’est à dire augmenter le pouvoir d’achat et l’emploi des 160 000 habitants concernés.

Pour la CdA réussir les projets d’aménagement du territoire sur le plan de l’urbanisme pour faire face à l’augmentation de la population, sur le plan des transports aussi bien collectifs qu’individuels, sur le plan de l’équilibre des commerces en centre-ville et dans zones commerciales et sur le développement de l’agriculture urbaine.

Pour la CdA sortir l’agglomération de son isolement vis a vis de l’Etat, de la nouvelle Région, des départements voisins et des villes voisines, isolement qui nous coute une desserte ferroviaire et routière très faibles.

Pour la Ville, les enjeux sont d’un autre ordre : il s’agir de faire face à un passif social considérable, qui plombe les couts de tous les services rendus et explique les impôts locaux supérieurs de 40 % aux autres communes de la CdA, sans que l’on puisse déceler des services à la population plus nombreux ou meilleurs, bien au contraire.

Pour la Ville faire face à des réformes d’organisation complètes de tous les services pour les rendre plus efficaces et moins couteux et donc dégager des marges pour investir.

Car le retard d ‘investissement et d’entretien du patrimoine municipal est colossal : le schéma directeur immobilier qui vient d’être publié chiffre à près de 90 millions d’euros les sommes qui sont à investir pour simplement maintenir le patrimoine utile : les écoles, les installations sportives, les espaces culturels et associatifs, les centres sociaux, les bureaux des fonctionnaires. Et encore ce chiffre ne comprend ni la réfection de l’Hôtel de Ville historique, ni la Piscine, ni l’Encan, ni le Parc des Expositions…

Faire face à ces enjeux pour la Ville c’est organiser le travail de plus de 2300 personnes et il est inimaginable de ne pas avoir un patron apte à proposer des choix et mener ces réformes d’une telle ampleur.

La CdA et la Ville ont donc des travaux de nature différente :

Communauté de projets et stratégie pour la CdA sans l’encombrer de services quotidiens : la CdA doit concevoir et faire faire.

Services de proximité pour la Ville : les écoles maternelles et primaires, les crèches, la propreté des rues et l’entretien des espaces communs, les centres sociaux, les lieux de sport et de vie culturelle ou associative, les espaces d’accueil du public.

Les communes et la CdA organisent progressivement des achats groupés, des mutualisations ; les transferts de compétence sont nombreux et commencent déjà à alourdir la CdA, alors qu’elle aurait besoin de se concentrer sur ses missions stratégiques.

Ville de La Rochelle et CdA ont besoin d’une administration forte et focalisée sur leurs objectifs réciproques, la réussite de l’une renforçant la réussite de l’autre et donc de l’ensemble.

 

Pompes Funèbres:lettre au Maire pour réclamer la clarté

La Rochelle, le 2 décembre 2016

Monsieur le Maire,

Depuis plusieurs mois, la Société publique des Pompes funèbres rochelaises offre le triste spectacle de dysfonctionnements manifestes.

Ce fut d’abord l’affaire de la très discutable provision de plus de 200 000 euros dont devait bénéficier le Directeur dans le cas où il viendrait à quitter ses fonctions. Affaire qui a provoqué un tollé au sein du Conseil Municipal et qui fut directement à l’origine de la démission de votre Conseiller-délégué aux finances.

Puis ce fut l’affaire du recrutement, effectué en août, de la fille du Président des Pompes funèbres portée à la connaissance du Conseil municipal en novembre par le chef de file du groupe socialiste. Affaire également à l’origine d’un grand malaise puisqu’elle a conduit ledit Président a démissionné de ses fonctions.

Mercredi soir 30 Novembre, lors du Conseil d’Administration des Pompes funèbres rochelaises, une nouvelle révélation – portée à notre connaissance par une involontaire maladresse de langage de la part du Directeur du groupe d’employeurs des Pompes funèbres de Saintes et La Rochelle – a à nouveau semé le trouble parmi plusieurs administrateurs présents. Nous avons en effet appris, stupéfaits, que le poste de travail récemment confié à la fille du Président des Pompes funèbres rochelaises était jusqu’alors occupé par le fils du Directeur de ces mêmes Pompes Funèbres rochelaises. Révélation qui montre que certains recrutements se sont manifestement faits jusqu’à présent « en famille » et sans aucune transparence ! Pratique certes légale mais fort critiquable sur le plan moral dans un contexte où la recherche d’un emploi est si difficile pour la plupart de nos concitoyens.

Cette nouvelle information confirme une gouvernance des Pompes funèbres rochelaises très discutable et des pratiques totalement intolérables sur le plan éthique. Face à l’accumulation des faits, le simple remplacement du Président actuel – qui souhaite en outre conserver son poste d’Administrateur – prévu le 12 décembre prochain par un autre membre de votre Majorité municipale ne peut suffire à dissiper le voile de la suspicion qui pèse désormais sur le fonctionnement des Pompes Funèbres. Des décisions politiques d’une autre ampleur s’imposent et doivent être prises dans les plus brefs délais afin que la triste page des pratiques anciennes se tourne réellement au plus vite. Ces décisions sont d’autant plus indispensables que vous avez souhaité que votre mandat soit placé sous le regard vigilant d’un « Comité d’éthique » dont on aimerait penser qu’il a une réelle utilité au-delà des effets d’annonce qui ont accompagné sa création.

L’analyse que mon groupe fait de la situation me conduit à vous exprimer deux demandes. Avec les élus de mon groupe, nous pensons qu’il faut en premier lieu provoquer la démission de la totalité des élus rochelais du Conseil d’Administration actuel afin de le renouveler largement et ainsi le déconnecter du Parti Radical de Gauche dont les membres sont, à notre avis, beaucoup trop nombreux en son sein. Par ailleurs, nous pensons qu’il faut dans la situation présente porter à la Présidence des Pompes funèbres un élu rochelais appartenant à l’un des deux « groupes minoritaires » afin de donner à la tête de ladite Société un indispensable renouveau et une incontestable neutralité par rapport au passé. Dans le contexte actuel de grande suspicion, conserver un élu de votre Majorité à la Présidence de cette société donnerait de toute évidence le sentiment aux Rochelais que vous souhaitez entraver l’instauration d’une nouvelle gouvernance qui doit être plus transparente et plus éthique.

Telles sont les demandes précises, monsieur le Maire, que je formule avec solennité et gravité au nom des élus de mon groupe afin de servir au mieux les intérêts de la Société publique des Pompes funèbres.

En espérant vous avoir convaincu de la gravité de la situation et de la nécessité de prendre les décisions proposées dans ce courrier, je souhaite vous assurer Monsieur le Maire de l’expression de mes sentiments les plus respectueux.

Parents d’élèves rochelais en colère

Juillet 2016 Une légitime colère des parents d’élèves rochelais !

Lors du conseil municipal de juin, des dizaines de parents d’élèves sont dignement venus contester la politique scolaire du Maire. Avec raison, car les motifs de mécontentement de ces familles – maintes fois dénoncés par notre groupe municipal – sont multiples et légitimes. Du jamais vu à La Rochelle !

La situation est préoccupante. Les parents dénoncent en premier lieu les horaires scolaires déséquilibrés et inconfortables pour les enfants et les familles ainsi que le contenu, sans ambitions et sans réel intérêt pédagogique, de nombreuses activités proposées dans le cadre des Temps d’Activités périscolaires (TAPs). Ils critiquent également la hausse démesurée des tarifs de la restauration scolaire qui met beaucoup de familles des « classes moyennes » dans la gêne dans le contexte actuel. Ils déplorent par ailleurs les grèves en continu des personnels scolaires qui perturbent le fonctionnement des écoles. Et d’autres reproches apparaissent dans la lettre ouverte que les parents de 18 écoles ou groupes scolaires rochelais ont publiée sur une page Facebook. Des parents qui déplorent enfin l’absence de dialogue et de concertation de la part d’une Majorité municipale sourde aux appels de détresse qu’ils lancent depuis des mois.

Notre groupe considère que la politique scolaire doit être l’une des priorités de l’action municipale. De notre point de vue, elle doit être menée dans la concertation avec tous les acteurs de la vie scolaire et avec l’ambition d’améliorer la qualité de nos écoles. Dans ce but, nous pensons qu’il est urgent d’organiser des « Assises de l’école » – afin de définir le « projet scolaire » de l’actuelle mandature et les moyens humains, matériels et financiers qu’il nécessite. Car, comme l’écrivait l’humaniste Jean Bodin, « il n’est de richesses que d’hommes ». Et ce terreau doit être cultivé dès l’enfance…