Budget 2019 lettre ouverte au Maire

 La Rochelle le 6 décembre 2018 

Monsieur le Maire, 

L’ordre du jour du prochain Conseil municipal du 17 décembre prévoit le traditionnel Débat d’Orientation Budgétaire pour l’année 2019. Cette année, cette discussion financière s’inscrira dans un contexte de crise sociale particulièrement grave

Les origines de ce mal-être social sont multiples, mais ce qui est d’abord et avant tout dénoncé par beaucoup de nos concitoyens est l’érosion généralisée du pouvoir d’achat et le sentiment de déclassement en raison de la faiblesse de nombreux salaires, mais aussi à cause de l’importance des impôts, prélèvements et dépenses contraintes qui pèsent sur le quotidien. Ces factures sont celles de l’Etat – dont la lourdeur a été accentuée par la politique du Président Macron que vous avez soutenu -, mais aussi celles des collectivités territoriales et notamment des Communes. 

Le budget rochelais que vous vous apprêtez à présenter en Conseil municipal en décembre, et à faire voter par votre Majorité en début d’année prochaine, ne peut ignorer ce contexte de grande difficulté pour beaucoup de Rochelais, des catégories populaires mais aussi des classes moyennes. Il ne peut pas être « un budget hors-sol » ignorant la souffrance exprimée dans la rue depuis plusieurs semaines. 

La prochaine élection municipale sera bien entendu l’occasion d’un vaste débat sur les finances, la fiscalité et la politique budgétaire de notre Ville mais, en attendant, nous estimons qu’il y a urgence à agir pour que le budget 2019 soit un budget à forte connotation sociale ayant pour objectif premier la baisse de toutes les factures municipales qui pèsent sur les Rochelais. 

Et la liste de ces factures est longue : fiscalité locale dont le niveau est très élevé (Taxe d’Habitation et Taxe Foncière), tarification de la restauration scolaire, de la garderie périscolaire, de l’eau, du stationnement… sans oublier le plan de circulation que vous avez imposé, sans concertation, qui a eu pour conséquence l’allongement des trajets du quotidien de nombreux Rochelais et donc l’augmentation des dépenses de carburant pour beaucoup de ménages. Pour que de telles baisses des factures municipales soient possibles pour 2019, il vous faut impérativement baisser certaines dépenses de fonctionnement, voire opérer un gel ou une révision à la baisse de certaines dépenses d’investissement prévues. Sur tous ces sujets, notre discours est aujourd’hui en parfaite cohérence et continuité avec ce que nous ne cessons de dire depuis plus de quatre ans en Conseil municipal. 

Il n’y a pas obligation, Monsieur le Maire, à présenter une orientation budgétaire dès le mois de décembre. Vous pouvez très bien retarder d’un mois ou deux ce débat puis ce vote afin de prendre le temps de la réflexion pour modifier, dans le contexte actuel, votre trajectoire budgétaire et présenter, en janvier ou février, un budget dont la préoccupation première sera de faciliter le quotidien des Rochelais en leur redonnant un peu de pouvoir 

d’achat supplémentaire. Car l’urgence, Monsieur le Maire, est de répondre aux appels de ceux qui manifestent leur détresse. Et ils sont nombreux dans notre Ville à connaitre de grandes difficultés. 

Vous avez, Monsieur le Maire, le devoir et même l’obligation d’ajuster votre politique budgétaire municipale à la réalité sociale du moment. Si vous estimez qu’une réunion de travail réunissant, sous votre autorité, l’adjoint aux Finances, la Directrice Générale des services, le directeur des services financiers et les Présidents des groupes d’opposition peut être utile pour aboutir à un « budget d’union municipale » pour répondre à cette urgence sociale, notre groupe sera bien entendu prêt à honorer cette invitation pour servir au mieux les Rochelais. 

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de recevoir, Monsieur le Maire, l’expression de mes sentiments les plus respectueux. 

Bruno LEAL 

Pour le groupe municipal « Union de la Droite et du Centre ». 

Comment circuler autour du nouveau Conservatoire ?

un manque d’information flagrant

Le Conservatoire de Musique et de Danse qui est actuellement au centre Ville de la Rochelle  va être installé sur la friche de l’ilot Joffre au carrefour du canal de Rompsay, de l’avenue Joffre axe essentiel de la rocade de boulevards qui ceinturent la Ville, du Pont Jean Moulin et des rues qui mènent à l’hôpital.

Nous avons dénoncé le choix de ce site, car il s’agit d’un carrefour stratégique à six branches à l’entrée sud de la Rochelle et qu’il se prête mal à l’ implantation d’un équipement destiné au public et aux  jeunes en particulier. 

Plusieurs réunions publiques de concertation ont eu lieu pour présenter le projet, mais sans jamais indiquer  quel serait le plan de circulation, aussi bien pour permettre aux piétons d’accéder au site que pour les vélos, les bus et encore moins les voitures.

 De quelle drôle de concertation s’agit il quand l’information essentielle n’est pas donnée ?

Est ce encore un plan anti-voitures  sous prétexte de Ville apaisée !

Budget 2018 : les raisons de notre opposition !

 Budget 2018 : les raisons de notre opposition ! 

Le 29 janvier, le Conseil municipal a adopté le budget de la Ville pour 2018. Notre groupe s’y est opposé, estimant que ce budget est incapable de maitriser les dépenses de fonctionnement. Or, cet enjeu est capital en raison de son niveau déjà très élevé, mais aussi à cause des nombreuses incertitudes qui pèsent sur le devenir d’une partie importante des recettes municipales (dotations de l’Etat et produit de la Taxe d’Habitation). 

Pour réussir à diminuer les dépenses de fonctionnement, il faut réduire les frais de personnel car les salaires des agents représentent désormais 66 % de ces dépenses. Un taux bien trop élevé qui résulte pour une part de la progression normale des carrières, mais qui a été largement aggravé par les embauches réalisées par l’actuelle Majorité et par une très mauvaise, et couteuse, réforme du temps de travail des agents. 

Notre groupe considère qu’il est impératif d’inverser cette pente ascendante car, si rien n’est fait, ce poste représentera 70 % des dépenses de fonctionnement à la fin du mandat ; ce qui aurait pour conséquence de réduite la capacité d’investissement de la Ville sauf à augmenter les impôts – déjà trop élevés – ou la dette. 

Pour cela deux pistes doivent être suivies. D’abord, repenser et réorganiser avec efficacité le travail des agents pour dégager de réelles économies de fonctionnement en contrepartie de la prime qui leur a été accordée pour qu’ils effectuent la durée légale du temps de travail. Ensuite, profiter des nombreux départs à la retraite durant les prochaines années pour réduire les effectifs. Cela nécessite une restructuration des services mais surtout une réflexion, en amont, sur les périmètres de l’action municipale devant conduire, à notre avis, à externaliser certaines missions. 

Autant de décisions qui exigent une totale cohérence au sein de la Majorité municipale et, surtout, un grand courage politique ! 

B. LEAL ; V. LAFFARGUE ; J.-M. MAUVILLY ; F. MICHEL 

Subventions aux clubs sportifs de La Rochelle:une mise à plat est necessaire

 

Le Comité consultatif des Sports recommence une mise à plat des méthodes d’attribution des subventions municipales:des priorités lisibles doivent être fixées.

Le Sport à la Rochelle concerne tous les enfants des écoles, près de 18000 licenciés dans les clubs, 108 associations sportives faisant l’objet d’une subvention, mais aussi toutes les personnes effectuant des activités physiques librement sans faire partie d’une structure spécifique.

Le budget annuel de subventions aux associations sportives attribué par la majorité actuelle de la Ville en 2016 s’élève à 930 000 euros, le budget des sports lui même étant de 3,6 Million d’euros et ces budgets devraient subir une baisse comme tous les budgets en raison de la nécessité de diminuer la pression fiscale et d’améliorer les marges de manœuvre nécessaires pour l’investissement public local.

Dans ce contexte, quel est le meilleur usage des impôts prélevés par la Ville en faveur des sports à la Rochelle ?

Puisqu’il faut choisir, quelles sont les priorités qu’on peut fixer ?

Les priorités actuellement définies pour l’attribution des subventions par le Service des sports et les élues en charge de ce secteur sont :

  • Favoriser la pratique des jeunes
  • Favoriser l’aspect compétition
  • Valoriser le sport féminin
  • Favoriser l’action dans les quartiers pauvres.

La Commission partage globalement ces priorités.

Mais nous plaçons quant à nous en priorité numéro 1 l’accès des enfants et des jeunes à une éducation sportive de qualité.

Une meilleure santé, un apprentissage de la discipline, la pratique du jeu d’équipe, l’esprit de compétition, la pratique associative, la maturité extra familiale, l’insertion dans la diversité sociale sont généralement reconnus comme les principaux bienfaits du sport pour les enfants et les jeunes.

La Commission partage également la préoccupation spécifique concernant le sport féminin, en particulier dans les quartiers défavorisés, afin de faciliter un développement personnel égalitaire des jeunes filles.

Certains membres de la Commission plaident pour favoriser également le sport loisirs et pas seulement le sport de compétition.

La Ville se doit de rendre disponibles et accessibles des équipements adaptés à la diversité et à la qualité des pratiques sportives des associations rochelaises :

 

 

La Commission rappelle également que la politique sportive participe aussi à la capacité d’attraction de la Ville, si ses équipements sont de qualité, ses associations sportives accueillantes et organisées et ses équipes phare exemplaires.

La stratégie de la Ville peut alors se dessiner assez facilement :

Reconnaître les associations sportives pratiquant une formation sportive cohérente,

  • Investir dans les équipements utiles, les maintenir correctement, et les mettre à disposition par convention de service avec les associations,
  • Favoriser l’environnement économique des équipes phares exemplaires et des évènements sportifs porteurs de valeurs.

Le budget de subventions et d’interventions du Service des sports devrait refléter ces choix prioritaires :

  • Séparer nettement le support au sport de haut niveau régional ou national des subventions destinées à une pratique plus modeste. Ce support peut concerner des équipes ou des individus mais doit être identifié.
  • Séparer et identifier clairement le coût complet de mise à disposition des installations, (Equipement, Maintenance, organisation des accès, mise à disposition de personnel communal.)
  • Focaliser sur l’aide aux efforts d’éducation des associations sportives,

Cette aide peut se faire :

  1. Soit sous forme de subventions dans le cadre d’un label de Reconnaissance des processus de formation,
  2. Soit sous forme de conseils et d’audits,
  3. En aidant à la communication, pour faciliter la fréquentation,
  4. En finançant des projets spécifiques en complément des apports des pratiquants et des fédérations sportives.

La Commission recommande la mise à plat des situations historiques actuelles, car elle n’a pas su lire et comprendre le fil conducteur qui justifie aujourd’hui les subventions et leur répartition.

Elle préconise   la création de fiches d’identité complètes.

Et propose d’établir un premier classement pour rendre éligibles les associations à une subvention : des notes seraient attribuées chaque année et un minimum de notation devrait être atteint avant d’être éligible. Des fondamentaux seraient requis, nombre de licenciés, nombre de jeunes garçons et filles, autofinancement, école de sports, qualité d’encadrement.

La Commission suggère de bien séparer les besoins de sauvegarde temporaire et d’urgence des besoins structurels liés l’éducation sportive.

Elle attire également l’attention sur la surveillance nécessaire des clubs, de football en particulier, et en liaison avec la Fédération sportive concernée, qui ne s’intègreraient pas dans le cadre de la labellisation envisagée.

En conclusion, la Commission appuie le principe :

D’une comptabilisation précise et complète de l’effort municipal annuel pour chaque association,

  • D’une analyse séparée
  1. des interventions en faveur des équipes ou sportifs de haut niveau,
  2. des besoins de sauvegarde temporaire
  3. et des besoins structurants d’éducation des jeunes.

d’une identification précise des projets d’éducation sportive des associations labellisées,

d’une contractualisation (accord de projet moyens/objectifs) des rapports entre l’Association « reconnue » et la Ville,

et d’une évaluation régulière des résultats atteints au regard des objectifs contractuels.

Membres de la Commission Subventions du Comité Consultatif des Sports à la Rochelle :

Saliha Azema

Sara Marigorta

Jean Michel Mauvilly

Emmanuel Bonkowski

Dominique Blanc

Conseil : Philippe Tréhello

 

 

 

 

Référendum pour le Vieux Port

Devenir du Vieux-Port :ce sont les Rochelais qui doivent choisir par Référendum 

Monsieur le Maire,

maxpeopleworld383049

Depuis juillet, vous avez décidé d’interdire le Vieux-Port aux automobiles, sans concertation, sans étude d’impacts, sans préparation en amont d’un autre plan de circulation qui puisse atténuer les inconvénients de cette décision brutale.

Ce choix s’est révélé néfaste ! Pour l’activité économique du Centre-Ville et des artères proches qui vivent une crise grave ; pour ceux qui doivent utiliser leur voiture pour aller travailler, à qui votre politique impose des trajets plus longs et plus onéreux ; pour les habitants des rues qui subissent un trafic plus important ; pour la circulation dans le Centre-Ville désormais caractérisée par plus d’embouteillages et d’émissions de CO2.

Depuis des mois, notre groupe vous demande de renoncer à cette politique erronée qui considère l’espace urbain uniquement comme un espace de promenade.

Notre choix est celui, plus équilibré, d’un « Vieux-Port aménagé et embelli » – conservant ainsi ses 3 étoiles Michelin -, mais aussi « d’un Vieux-Port partagé » entre les forces vives de notre Ville et sa vocation touristique.

Le devenir de notre Vieux-Port ne peut dépendre d’une décision autoritaire visiblement imposée par vos alliés écologistes qui, rappelons-le, n’ont obtenu que 6 % des suffrages lors du 1er tour des élections municipales.

Pour toutes ces raisons, notre groupe demande solennellement que soit organisé :

Un référendum 

Car ce sont les Rochelais qui doivent décider du devenir de notre Vieux-Port qui est le patrimoine de tous. 

Notre groupe a décidé de s’adresser à vous dans le « Journal de la Ville » afin que chaque Rochelais soit informé de notre demande.

Finances de la Ville.La cour des Comptes reprend nos arguments

La Chambre Régionale des Comptes vient de sortir son rapport sur la Ville de la Rochelle.

C’est à peine croyable, on croirait lire mot pour mot nos propres interventions :

La Cour pointe la nécessité de dégager des marges de manœuvre financière ,ce qui est exactement le message que notre Groupe répète à chaque occasion.

Il sera impossible au Maire de tenir ses engagements et de manière plus générale de faire avancer les projets bloqués de la Ville sans faire des réformes importantes :

La Cour recommande de céder des bâtiments improductifs et couteux. L’audit annoncé depuis des mois sur le patrimoine immobilier se fait attendre ;nous réclamons également comme la Cour des Comptes une programmation et l’annonce d’objectifs de cession sur plusieurs années pour éviter les décisions au coup par coup.

La Cour stigmatise les horaires des personnels municipaux inférieurs de 78 heures par an à l’horaire légal déjà réduit des fonctionnaires territoriaux:le surcout est estime à 2,4 millions d’euros par an. Elle estime que les départs en retraite non remplacés sont une occasion pour faire ces économies de fonctionnement indispensables.

La Cour comme nous le faisons régulièrement rappelle la nécessité de mieux contrôler les subventions aux associations.

Réduire l’endettement ,ne pas augmenter les taux et néanmoins investir dans les programmes urbanistiques nécessaires va demander de faire des choix, de définir des priorités, et d’effectuer des arbitrages entre les divergences politiques de la majorité.

 

 

 

 

Ombres et lumières au Conseil Municipal d’Avril

Conseil Municipal du 20 avril 2015 à La Rochelle

Ombres et lumières.

Le Conseil est perturbé à nouveau en début de séance par une manifestation de représentants syndicaux Sud et Cgt. Ils se plaignent de la possibilité de réformes d’organisation stressantes et notamment de l’embauche de nouveaux cadres de contrôle de gestion et d’audit.

  • Pourtant ce Conseil va valider le choix de dépenser 1,2 Million d’euros dans le relogement de syndicats départementaux, alors que plus de 450 000 mètres carrés de surfaces municipales existent : on n’aurait pas trouvé dans cette masse de bâtiments, de surfaces libres et adaptées pour reloger ces équipes ! Comment expliquer que l’on cherche réellement des économies avec de telles décisions si faciles à ne pas prendre.
  • Nous apprenons que les agents du Carré Amelot vont être titularisés dans le statut de la fonction publique !autre décision incohérente et pour le moins prématurée alors que le projet sur l’avenir de cette association culturelle est encore en débat ; cette décision décrédibilise également les efforts annoncés pour faire des économies de gestion et des réformes d’efficacité.
  • Plus claire, l’annonce de la présentation de La Rochelle comme site nautique dans le cadre de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques 2024. Nous serons en concurrence serrée avec Le Havre, Brest et Hyères très certainement. Les Verts s’opposent comme à Paris à cette orientation qui faisait clairement partie de notre programme municipal : à notre demande, la réponse sur la nature des équipements nécessaires est crédible : plateau nautique existant, plan d’eau de qualité, vaste centre de presse à l’Encan et possible village olympique pour loger les 500 athlètes et leurs accompagnateurs dans le futur quartier de Bongraine et une desserte ferroviaire directe et rapide qui sera ouverte. Nous votons naturellement en faveur de cette candidature.
  • Autre réponse à nos questions, plus attentiste, sur le projet de protection contre la submersion marine liée au PPRL. La friche du Gabut n’a pas encore de destination connue et attendra le résultat de l’impact réglementaire des nouvelles protections à construire d’ici 2017/2018 entre le Bout Blanc et la Place de la Motte Rouge.
  • Débat classique en fin de Conseil sur l’A831 entre les tenants de ce projet dont nous sommes et les contradicteurs verts et socialistes de l’opposition municipale. Ces derniers ont déposé une motion défavorable à ce projet qui sera repoussée par 35 voix dont les nôtres contre 12 voix issues de l’opposition socialiste et des Verts des deux camps municipaux.
  • La restitution des consultations sur le projet Ville Apaisée a eu lieu cette semaine, également. Le contenu s’éclaircit :il s’agit de limiter au maximum la circulation de transit, en supprimant les possibilités de couper en Ville pour traverser l’agglomération,de créer des axes cyclables continus et protégés et de limiter au maximum la vitesse dans les quartiers. L’ensemble a une cohérence pour améliorer le cadre de vie urbain, mais n ‘est par encore inscrit dans un schéma global : quelle desserte en transports collectifs, quels nouveaux stationnements, quelle augmentation de capacité de la rocade, on retrouve la question lancinante de l’A 831 qui bloque l’ensemble.

Déclaration de candidature

Chère Madame, cher Monsieur,

En mars 2015, vous élirez vos futurs Conseillers départementaux. La réforme portant sur les collectivités territoriales a défini de nouvelles modalités d’élection. En Charente-Maritime, le gouvernement a supprimé la moitié des cantons mais chacun désignera désormais deux Conseillers départementaux – un homme et une femme – et deux suppléants. La Rochelle compte trois cantons.

Conseillers municipaux de La Rochelle, membres du groupe  « Union de la Droite et du Centre », nous sommes heureux de vous annoncer notre candidature sur le canton 15 ( La Rochelle 2 ).     Avec le soutien de Dominique Bussereau, Président du Département, nous sommes les candidats officiellement investis par la Majorité Départementale (Droite-Centre) sur ce nouveau canton situé au cœur de notre Ville dans lequel nous vivons au quotidien depuis de nombreuses années.

Avec la réforme, la Charente-Maritime pourrait voir plusieurs de ses compétences transférées à la future grande Région. Or, dans un département comme le nôtre, l’échelon départemental de proximité est essentiel et efficace. Depuis trente ans, conjointement gérée par la Droite et le Centre unis, la Charente-Maritime a en effet su engager une action économique, sociale et culturelle bénéfique qui a amélioré la vie de tous. C’est dans cette lignée humaniste que nous inscrivons notre candidature avec l’objectif premier de dynamiser notre canton.

Élus rochelais, nous sollicitons vos suffrages pour défendre avec vous, et pour vous, le Département, comme collectivité de proximité, mais aussi nos quartiers rochelais, nos services publics, l’aménagement de nos espaces et notre qualité de vie.

En mars prochain, dans notre canton, chaque voix comptera ! Évitons la dispersion !
Dès le premier tour, VOTEZ UTILE pour qualifier notre candidature pour le second tour.

Nous vous proposons de voter pour désigner des Conseillers départementaux rochelais efficaces car ils appartiendront à la Majorité Départementale de Droite et du Centre.
Nous vous proposons de voter pour que La Rochelle soit mieux représentée, mieux entendue et mieux défendue au sein du Conseil départemental de la Charente-Maritime.
Au cours des prochaines semaines, nous irons à votre rencontre pour vous écouter, pour échanger avec vous et mieux apprécier les attentes qui sont les vôtres. Pour AGIR AVEC VOUS !
Bonne et heureuse année 2015.

Véronique LAFFARGUE, Bruno LÉAL