Parachute doré aux Pompes Funèbres?

A la Commission annuelle des Services publics de la Rochelle, cette semaine, je découvre une provision anodine sans commentaire, pour 280 000 euros au bilan de la filiale de la Ville, la petite société des Pompes Funèbres, qui emploie 15 personnes.

Cette charge a été enregistrée dès l’an dernier en Mai 2015 au cours d’un Conseil de la Société.

Il s’agit, me dit on, quand je pose la question, d’une indemnité de départ éventuel du directeur de la Société Publique Locale. Deux ans de salaires bruts ! Ce ne serait pas un parachute doré ?

On m’explique que non, qu’il y a incompréhension… mais le texte est clair : cette indemnité est due quelle que soit la raison du départ. D’ailleurs le Commissaire aux Comptes ne s’y trompe pas : il impose l’enregistrement en charges et en provision au bilan, considérant que le risque est certain.

L’adjoint aux Finances refuse de voter le rapport. L’adjointe écologiste s’abstient.

Les autres membres élus de la Commission sont tous déjà au Conseil des Pompes Funèbres : ils ne peuvent donc pas voter.

Cet accord, peut être antérieur, a été enregistré au cours d’un Conseil où siégeaient 8 administrateurs tous membres de la même famille politique : le PRG de la Rochelle.

Trois mesures sont maintenant nécessaires :

  • Annuler ce contrat invraisemblable et revoir les conditions d’emploi du Directeur,
  • Rendre à la Ville qui en a bien besoin les 280 000 euros que la filiale très prospère peut lui payer pour l’année 2015,
  • Renouveler le Conseil d’Administration de cette société publique locale pour repartir sur des bases nouvelles et permettre un contrôle équilibré des décisions prises.

Enfin, nous proposerons des mesures nouvelles pour exercer un contrôle plus efficace et respectueux de l’emploi des deniers publics dans les établissements publics locaux.

About admin