Subventions aux clubs sportifs de La Rochelle:une mise à plat est necessaire

 

Le Comité consultatif des Sports recommence une mise à plat des méthodes d’attribution des subventions municipales:des priorités lisibles doivent être fixées.

Le Sport à la Rochelle concerne tous les enfants des écoles, près de 18000 licenciés dans les clubs, 108 associations sportives faisant l’objet d’une subvention, mais aussi toutes les personnes effectuant des activités physiques librement sans faire partie d’une structure spécifique.

Le budget annuel de subventions aux associations sportives attribué par la majorité actuelle de la Ville en 2016 s’élève à 930 000 euros, le budget des sports lui même étant de 3,6 Million d’euros et ces budgets devraient subir une baisse comme tous les budgets en raison de la nécessité de diminuer la pression fiscale et d’améliorer les marges de manœuvre nécessaires pour l’investissement public local.

Dans ce contexte, quel est le meilleur usage des impôts prélevés par la Ville en faveur des sports à la Rochelle ?

Puisqu’il faut choisir, quelles sont les priorités qu’on peut fixer ?

Les priorités actuellement définies pour l’attribution des subventions par le Service des sports et les élues en charge de ce secteur sont :

  • Favoriser la pratique des jeunes
  • Favoriser l’aspect compétition
  • Valoriser le sport féminin
  • Favoriser l’action dans les quartiers pauvres.

La Commission partage globalement ces priorités.

Mais nous plaçons quant à nous en priorité numéro 1 l’accès des enfants et des jeunes à une éducation sportive de qualité.

Une meilleure santé, un apprentissage de la discipline, la pratique du jeu d’équipe, l’esprit de compétition, la pratique associative, la maturité extra familiale, l’insertion dans la diversité sociale sont généralement reconnus comme les principaux bienfaits du sport pour les enfants et les jeunes.

La Commission partage également la préoccupation spécifique concernant le sport féminin, en particulier dans les quartiers défavorisés, afin de faciliter un développement personnel égalitaire des jeunes filles.

Certains membres de la Commission plaident pour favoriser également le sport loisirs et pas seulement le sport de compétition.

La Ville se doit de rendre disponibles et accessibles des équipements adaptés à la diversité et à la qualité des pratiques sportives des associations rochelaises :

 

 

La Commission rappelle également que la politique sportive participe aussi à la capacité d’attraction de la Ville, si ses équipements sont de qualité, ses associations sportives accueillantes et organisées et ses équipes phare exemplaires.

La stratégie de la Ville peut alors se dessiner assez facilement :

Reconnaître les associations sportives pratiquant une formation sportive cohérente,

  • Investir dans les équipements utiles, les maintenir correctement, et les mettre à disposition par convention de service avec les associations,
  • Favoriser l’environnement économique des équipes phares exemplaires et des évènements sportifs porteurs de valeurs.

Le budget de subventions et d’interventions du Service des sports devrait refléter ces choix prioritaires :

  • Séparer nettement le support au sport de haut niveau régional ou national des subventions destinées à une pratique plus modeste. Ce support peut concerner des équipes ou des individus mais doit être identifié.
  • Séparer et identifier clairement le coût complet de mise à disposition des installations, (Equipement, Maintenance, organisation des accès, mise à disposition de personnel communal.)
  • Focaliser sur l’aide aux efforts d’éducation des associations sportives,

Cette aide peut se faire :

  1. Soit sous forme de subventions dans le cadre d’un label de Reconnaissance des processus de formation,
  2. Soit sous forme de conseils et d’audits,
  3. En aidant à la communication, pour faciliter la fréquentation,
  4. En finançant des projets spécifiques en complément des apports des pratiquants et des fédérations sportives.

La Commission recommande la mise à plat des situations historiques actuelles, car elle n’a pas su lire et comprendre le fil conducteur qui justifie aujourd’hui les subventions et leur répartition.

Elle préconise   la création de fiches d’identité complètes.

Et propose d’établir un premier classement pour rendre éligibles les associations à une subvention : des notes seraient attribuées chaque année et un minimum de notation devrait être atteint avant d’être éligible. Des fondamentaux seraient requis, nombre de licenciés, nombre de jeunes garçons et filles, autofinancement, école de sports, qualité d’encadrement.

La Commission suggère de bien séparer les besoins de sauvegarde temporaire et d’urgence des besoins structurels liés l’éducation sportive.

Elle attire également l’attention sur la surveillance nécessaire des clubs, de football en particulier, et en liaison avec la Fédération sportive concernée, qui ne s’intègreraient pas dans le cadre de la labellisation envisagée.

En conclusion, la Commission appuie le principe :

D’une comptabilisation précise et complète de l’effort municipal annuel pour chaque association,

  • D’une analyse séparée
  1. des interventions en faveur des équipes ou sportifs de haut niveau,
  2. des besoins de sauvegarde temporaire
  3. et des besoins structurants d’éducation des jeunes.

d’une identification précise des projets d’éducation sportive des associations labellisées,

d’une contractualisation (accord de projet moyens/objectifs) des rapports entre l’Association « reconnue » et la Ville,

et d’une évaluation régulière des résultats atteints au regard des objectifs contractuels.

Membres de la Commission Subventions du Comité Consultatif des Sports à la Rochelle :

Saliha Azema

Sara Marigorta

Jean Michel Mauvilly

Emmanuel Bonkowski

Dominique Blanc

Conseil : Philippe Tréhello

 

 

 

 

About admin