un Directeur Unique pour la Ville et la CDA: Une fausse bonne idée

Un Directeur unique pour la CdA et la Ville: Une fausse bonne idée pour la Rochelle, une mauvaise idée pour les autres communes.

Pourquoi ?

Les deux Collectivités ont besoin chacune d’une Direction à part entière d’une part parce que les enjeux sont considérables pour chacune, mais aussi parce que la nature des dossiers à traiter est complètement différente.

Des enjeux énormes :Pour la CDA se donner les moyens de réellement développer le territoire au plan économique, c’est à dire augmenter le pouvoir d’achat et l’emploi des 160 000 habitants concernés.

Pour la CdA réussir les projets d’aménagement du territoire sur le plan de l’urbanisme pour faire face à l’augmentation de la population, sur le plan des transports aussi bien collectifs qu’individuels, sur le plan de l’équilibre des commerces en centre-ville et dans zones commerciales et sur le développement de l’agriculture urbaine.

Pour la CdA sortir l’agglomération de son isolement vis a vis de l’Etat, de la nouvelle Région, des départements voisins et des villes voisines, isolement qui nous coute une desserte ferroviaire et routière très faibles.

Pour la Ville, les enjeux sont d’un autre ordre : il s’agir de faire face à un passif social considérable, qui plombe les couts de tous les services rendus et explique les impôts locaux supérieurs de 40 % aux autres communes de la CdA, sans que l’on puisse déceler des services à la population plus nombreux ou meilleurs, bien au contraire.

Pour la Ville faire face à des réformes d’organisation complètes de tous les services pour les rendre plus efficaces et moins couteux et donc dégager des marges pour investir.

Car le retard d ‘investissement et d’entretien du patrimoine municipal est colossal : le schéma directeur immobilier qui vient d’être publié chiffre à près de 90 millions d’euros les sommes qui sont à investir pour simplement maintenir le patrimoine utile : les écoles, les installations sportives, les espaces culturels et associatifs, les centres sociaux, les bureaux des fonctionnaires. Et encore ce chiffre ne comprend ni la réfection de l’Hôtel de Ville historique, ni la Piscine, ni l’Encan, ni le Parc des Expositions…

Faire face à ces enjeux pour la Ville c’est organiser le travail de plus de 2300 personnes et il est inimaginable de ne pas avoir un patron apte à proposer des choix et mener ces réformes d’une telle ampleur.

La CdA et la Ville ont donc des travaux de nature différente :

Communauté de projets et stratégie pour la CdA sans l’encombrer de services quotidiens : la CdA doit concevoir et faire faire.

Services de proximité pour la Ville : les écoles maternelles et primaires, les crèches, la propreté des rues et l’entretien des espaces communs, les centres sociaux, les lieux de sport et de vie culturelle ou associative, les espaces d’accueil du public.

Les communes et la CdA organisent progressivement des achats groupés, des mutualisations ; les transferts de compétence sont nombreux et commencent déjà à alourdir la CdA, alors qu’elle aurait besoin de se concentrer sur ses missions stratégiques.

Ville de La Rochelle et CdA ont besoin d’une administration forte et focalisée sur leurs objectifs réciproques, la réussite de l’une renforçant la réussite de l’autre et donc de l’ensemble.

 

About admin